Le calme à l’extérieur

Mais la tempête à l’intérieur quand je regarde Scott Pilgrim vs The World :

 

Il me semble avoir déjà évoqué ce film lors de sa sortie. Mais pour ceux qui ne le connaîtraient pas, le pitch n’est pas bien compliqué : Scott Pilgrim, canadien, 22 ans, vivant à Toronto, a le coup de foudre pour Ramona Flowers. Mais pour pouvoir sortir avec elle, il doit vaincre la ligue des 7 ex maléfiques de Ramona.

« Mouais, pas très originale ton histoire ». Ce n’est pas faux. Et pourtant, ce film, mais ce film. Dans mon top 5, facile. J’ai beau l’avoir visionné une dizaine de fois, rien n’y fait, ça me fait toujours le même effet. La réalisation est dingue, la BO est à tomber par terre et puis Michael Cera, Jason Schwartzman et Chris Evans. (oui, cette phrase finit n’importe comment, mais qu’importe !)

Avec cette adaptation cinématographique de la série de comics, on rit beaucoup, on est triste aussi, on a peur, on est ému, on est émerveillé, on veut se battre, on veut faire partie d’un groupe de rock, on veut faire partie de la ligue, on veut boire du Coca Zéro, on voudrait voir des pièces tomber au sol, on a envie de changer de couleur de cheveux et on tombe amoureux.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce film est plus complexe qu’il n’y paraît. Beaucoup de clins d’oeil, de références, de la double-lecture. Et cela tant au niveau du décor, que des répliques ou que du scénario. C’est simple : à chaque visionnage, je découvre de nouvelles choses que je n’avais pas vu auparavant. Et je trouve que ce petit côté chasse aux trésors est fort appréciable. C’est plutôt rare qu’un film arrive autant à stimuler autant le spectateur, à mon sens (mais il faut dire aussi que je n’ai pas une très grande culture cinématographique et que mon opinion est clairement partiale).

Vous l’aurez compris, en gros, ce film est :

A voir et à revoir des milliers de fois.

Publicités