Pshiou Pshiou #3

Salut les petits poussins,

Alors oui, je sais, 3 Pshiou Pshiou in a row. C’est beaucoup. Ce n’était pas prévu. Surtout ce 3ème Pshiou Pshiou. Mais là, j’ai un truc vraiment dingue à partager. Mon cher ami Fidel Castor m’a envoyé cette vidéo et ça m’a complètement retourné le cerveau.

Eh ouais.

« HOLY SHIT »

Je vous annonce officiellement que depuis, je ne sais plus faire la différence entre fiction et réalité. Tous mes principes, le sens de ma vie, toussa toussa, sont complètement chamboulés.

Je me serais bien contentée de ne poster que ça aujourd’hui et de laisser vos cerveaux exploser, mais ce n’est pas le but du Pshiou Pshiou. De n’avoir qu’un seul élément dans son contenu, j’entends. Pour ce qui est des cerveaux qui explosent, ça reste à voir.

Tiens, justement, parlons en des cerveaux. Allant au-delà du film d’animation classique, Tidy Monster de Tim Marchant propose de nous mettre à la place d’un esprit malade. L’ambiance angoissante et oppressante de l’immersion rend l’expérience vraiment très intéressante. Pour plus de sensations, je conseille de regarder la vidéo en plein écran et d’écouter au casque. Pas de panique, ce n’est pas un screamer, il n’y a pas d’effet de surprise terrifiant, vous ne frôlerez pas la crise cardiaque, je le promets ! Je suis moi-même une grosse trouillarde, alors jamais je ne vous infligerai un tel supplice.

Plutôt pas mal non ? En tout cas, je trouve l’idée vraiment bonne et bien réalisée.

Restons dans la lancée des films d’animation avec The Tale of How du Blackheart Gang. Ce court-métrage nous conte l’histoire de cette contrée lointaine habitée par des mouettes qui se voit être changée par l’arrivée d’une petite souris. Visuellement dérangeante et esthétiquement éblouissante, le tout accompagné d’une bande-son envoûtante, cette animation est fabuleuse.

Sans transition, passons maintenant à la douceur des géants tout mignons de Céline & Yann. Ça date un peu mais j’aime toujours autant regarder les épisodes de Giant.

D’ailleurs, cela me fait penser à ce que fait Dmitry Maximov et plus précisément à sa série de travaux intitulée Invaded by Little Aliens.

Crédit photo : Dmitry Maximov

Suite de cuteness overload avec Umbra de Malcolm Sutherland. Même si ici, on ne peut s’empêcher de laisser un peu de mélancolie nous envahir.

Oh et sachez que j’adore les chinchillas.

TIN-LIN-NIN-NIN-NIN.

Un joli mindfuck pour finir ce beau Pshiou Pshiou plein d’irréel.

Zoubi infini.

Publicités